top of page

Création ZEN TO _ The journey ahead


Je voudrais me consacrer à une esthétique de l’inhibition, de la retenue, et à une forme d’écologie.

PIÈCE POUR 2 DANSEURS

Direction artistique/Chorégraphie : Axel Poulsen

Avec les danseurs :

Angela Mit et Axel Poulsen

Création sonore : Axel Swann Poulsen

Création lumière : La Tuilerie


Représentations

8 Mars 14h : La Tuilerie de Saint Witz _ 95

10 Mars 20h30 : La Tuilerie de Saint Witz _ 95

Réservations : latuilerie@saint-witz.fr

23 Mars 18h : Vernissage de l’exposition autour du processus de création« Processus de création d’une œuvre chorégraphique par la photographie »

Invitations : thdt@me.com

18 Avril 22h : Scène Nationale de Orléans _ 45

Réservations : https://billetterie-sn-orleans.mapado.com/event/102605-zen-to-axel-the-journey- ahead-axel-swann-poulsen22 Avril 20h30 : Théâtre Berthelot _ Montreuil _93

Réservations : resa.berthelot@montreuil.fr

N’hésitez pas à nous contacter pour une invitation aux représentations thdt@me.com


Création

Résidences : 2022Théâtre de l’échangeur _ Bagnolet _ 93

Du 21 février au 26 Février 2022

Du 25 Avril au 30 Avril 2022

Théâtre La tuilerie de Saint Witz _ 95

Du 20 février au 9 Mars 2023




PRODUCTION

Laboratoire Robespierre _ THDT

Avec le soutien de La Tuilerie de Saint-Witz_95, de LA SPEDIDAM et de la Ville de Montreuil_93

En partenariat avec le Théâtre de L’échangeur_Cie Public Chéri _ Bagnolet_93



ZEN TO _ THE JOURNEY AHEAD


C’est l’exemption du sens

C’est une vision sono-mana : tel que cela est

Ce n’est pas un énorme spectacle, c’est un condensé d’évènements dans une forme juste

C’est cette phrase ; « Lorsque tu marches, dit un maître Zen, contente-toi de marcher. Lorsque tu es assis, contente-toi

d’être assis. Mais surtout ne tergiverse pas ! » :

Ce n’est pas la danse contemporaine comme une production

Les matériaux sont la dramaturgie : les corps, les mots, des marionnettes, de la musique, des objets

Zen To est contre le Diktat de la séduction artistique


« Peut-être pourrais-tu continuer à te mentir,

à t’abrutir, mais le jeu est fini. Le monde n’a pas bougé et tu n’as pas changé. Regardes ! Regardes-les !

Ils sont là des milliers et des milliers , sentinelles silencieuses terrées et immobiles, plantées le long des quais, des berges, le long des trottoirs noyés de pluie (…) en pleine rêverie océanique, attendant les embruns , le déferlement des marées, l’appel rauque des oiseaux de mers…

Cesses de parler comme quelqu’un qui rêve. »

George Perec



​Le projet Zen to_ Le voyage à venir est une pièce de danse contemporaine pluridisciplinaire.

C’est une pièce à l’intention poétique se reposant sur un processus de recherche du mouvement minimaliste et de son développement : Énergie,espace et expressivité.

Quelle est la dimension sensible conviée à travers cette recherche, quelle est la place de cette résonance entre les

interprètes, le public et le quotidien.

Zen To_Le voyage à Venir pose ici des attentes: d’où nous venons et où nous allons.

Quel est le parcours emprunté et quels espaces s’y dessinent.


Propos de la pièce

La composition de la pièce s’inspire de travaux d’artistes chorégraphiques, cinématographiques et littéraires.

Parmi eux figurent Pina Bausch, Marina Tsvétaïeva, Andrei Tarkovsky, Maguy Marin, Wim Wenders, George Perec et René Daumal.

Plus introvertie qu’extravertie, cette pièce se trouve au seuil de limites strictes, cherchant constamment un matériel à développer pouvant évoluer tout le long de la performance. Le point de départ est une suite de positionnements rapides,

silencieuses et dépitées. Dont l’intérêt et la sensibilité résident dans l’accumulation, la rigueur et la combinaison des différents motifs. Les corps prennent peu à peu de plus grands volumes d’espaces, se développent vers une plus nombreuse panoplie de technicités visant à terme à une composition finale riche de son déroulement global.

Le propos réside dans l’expérience sensible, introvertie, énigmatique et, de l’interprétation secrète de la partition dans son long-terme.


Le minimalisme provient de l’état de corps des interprètes et de l’intériorité du mouvement.

Cette introversion est un thème récurrent de la pièce et est à l’origine de l’ensemble de l’écriture chorégraphique de celle-ci.

Si le chemin des interprètes ne se rencontre pas toujours, leurs états eux s‘interrogent, se répondent et se confrontent.

À partir de ce leitmotiv l’écriture chorégraphique gagne en ampleur.

L’état des danseurs n’est pas la seule chose à être interrogée, mais aussi l’espace dans lequel ils évoluent. Quelle symbolique porter autour de ces vases qui jonchent le sol, une scénographie mouvante sous les trajets parcourus par les danseurs et autour desquels ils se rassemblent.

L’usage de différents médias est également au service de la progression et du développement du parcours des interprètes dans la pièce. Associant au travail du mouvement dansé le jeu de marionnette, d’instruments de musique et du travail de la voix.

Ce jeu de pluridisciplinarité contribue a constituer un espace d’échange entre l’interprète et son environnement. Sa recherche de jeu intérieur et l’expression de son mouvement.

Cette interaction intérieur-extérieur propulse la pièce dans de nouvelles directions fluctuant en intensité et en énergie. C’est elle qui permet aux interprètes de franchir des paliers vers une possible résolution du voyage.

Zen To_ Le voyage à venir.



INTENTION

ZEN TO parle de l’exemption du sens.

Après une documentation sur l’esthétique japonaise, le comportement japonais, les structures sociales japonaises, est

venue une fulgurance qui étaient celle de « maintenant il faut se placer au milieu de tout ça ».

J’ai en moi cette sensation de me trouver vide et impassible au milieu des phénomènes et … Je cherche donc une sorte

d’impassibilité sur le plateau.

Cette impassibilité me permet de proposer une pluralité d’évènements sur scène.


Mon travail sur ZEN TO consiste à « trier » sur scène pour ne garder que l’essentiel.

Il y a trois notions qui sont fondamentales dans mon travail : le soin (très important, c’est très physique), celle du mensonge

(dramaturgique, comment mettre des mots combiner des mots avec la danse qui sont en bande sonore), et le sens : comment

donner ou effacer du sens. Ce sont des notions que j’ai triées.

Le paradoxe, c’est que lorsque l’on a tout trié, la question est « qu’est-ce qu’il se passe au bout du tri et que l’on se retrouve seul ». La réponse est : la sensibilité n’a plus que le corps et l’espace.

Je voudrais me consacrer à une esthétique de l’inhibition, de la retenue, et à une forme d’écologie.

Qu’est-ce que jouer sur une partition musicale, une partition chorégraphique pure qui se repose sur des intervalles, qui se repose sur des durées et quelle qualité, quelle originalité, ont ces choseslà dans le parcours chorégraphique.

La danse dans ZEN TO est épurée. Venue du tri.


C’est la réduction de la vitesse et du mouvement.

C’est la réduction de l’amplitude, un lieu de réarticulation et de l’étirement avec un engagement minimal.

J’ai créé un alphabet qui me permet de travailler avec Angela. Cet alphabet n’existe pas mais il constitue une partition. Même les

spectateurs peuvent le lire sur le corps de l’interprète.

Je cherche une sorte de pureté.


Pureté parce que à travers toutes mes formations au CRR de Paris et au Conservatoire National supérieur de Lyon, j’ai investi du temps dans la conception de chorégraphies : 5 qui étaient très différentes.

J’ai tenté des expériences : mettre le chorégraphe en live au micro entre les spectateurs et les danseurs. Ce dispositif génère des questionnements intéressants de la part des spectateurs et des danseurs : qu’est ce qui se passe ? Où est le sens ? Ça peut être négatif ou positif…

Avec ZEN TO, j’ai envie d’une pièce qui soit posée, à destination du public, des interprètes pour un partage, un dialogue à travers cet espace artistique là.


Des rencontres importantes comme celle de Julyen Hamilton et Imre Thormann danseur Buto qui a changé ma vie, je me suis posé beaucoup de questions sur notre responsabilité dans la création et cela a initié un point fondamental pour moi : la création est une invitation à l’observation et à l’écoute.


Sur la musique et mon rapport à mes collaborateurs.

Pour ZEN TO, je travaille à tous les niveaux de la pièce. Par exemple, je compose la musique. Ce n’est pas seulement pour avoir le contrôle sur une pièce mais c’est pour arriver à quelque chose de stable, qualitatif mais pas seulement qualitatif à terme mais aussi qualitatif pour les personnes avec qui je travaille. Il est extrêmement important pour moi de travailler à tous les niveaux d’une pièce parce qu’une forme d’organicité s’en dégage…

Je cherche vraiment une sorte d’originalité que j’encourage auprès des personnes avec qui je travaille pour entrainer une qualité propre d’une pièce et cela demande une certaine recherche à chaque fois, de l’ expérimentation, de collaboration, et d’innovations.

ZEN TO est un duo…

C’est un duo

Mes nourritures sont la littérature, le cinéma, la photographie et pas seulement la danse.

J’ai été formé en tant que danseur mais cela n’est pas suffisant ….

Je cherche à être dans le vrai.



MUSIQUE ZEN TO - Axel Swann Poulsen




Interview de Angela Mit et de Axel Swann poulsen Étape de travail



Axel Swann Poulsen Gallery

bottom of page